Mélusik hier soir sous la lune

Nous y étions hier soir, samedi, sur les Promenades de Blossac de Lusignan, pour voir le concert du Mélusin d’origine, Nicolas Jules. Parmi les chansons interprétées, La Bétonneuse  a enchanté notre curiosité d’astronome (extrait des paroles) :

Les guirlandes du ciel marchent une fois sur deux
Le plâtre de la lune tombe sur mes cheveux
C’est pas moi qui suis vieux
C’est la nuit
C’est pas moi qui suis vieux
C’est la nuit
Et dans le grand ravalement des nébuleuses
Mon coeur tourne tourne dans la bétonneuse

Plus tard dans la nuit, devant le concert de No Money Kids, la Lune s’est joint à la fête :

melusik-2017-2

Il fallait lever les  yeux au-dessus de la scène pour voir Jupiter ajouter un peu de magie au spectacle des hommes …

melusik-2017-1

 

Les figures de l’ombre : des femmes noires américaines au service de la conquête spatiale

En salle depuis le 8 mars, le film “Les figures de l’ombre” rend un hommage tardif à trois mathématiciennes noires américaines, employées par la NASA dans les années 1950 et 1960, et qui ont, malgré les conditions ségrégationnistes et discriminatoires de ces années, contribué à la réussite du programmes spatial américain.

Les trois femmes sonthidenfigures Katherine Johnson, 98 ans aujourd’hui,  Dorothy Vaughan (1910-2008) et Mary Jackson (1921-2005).

Instructif et émouvant, un film à voir, pour enfin faire sortir de l’ombre des femmes qui n’auraient jamais dû rester méconnues pendant plus d’un demi-siècle !

 

La nuit des ondes gravitationnelles

og-affiche

Ce lundi 20 mars 2017, on fête la nuit des ondes gravitationnelles en France et en Italie dans plusieurs villes avec de nombreuses manifestations gratuites et pour tout public. Au programme de cette manifestation qui ne demande aucune connaissance préalable en physique, il y aura notamment des conférences scientifiques, des visites virtuelles de laboratoires. Nous pourrons suivre la soirée en direct sur le site du CNRS sur la page dédié au Nuit des ondes gravitationnelles.

Bonne fête des ondes gravitationnelles et bonne soirée

 

Le pays où habitait Albert Einstein

einstein_1921

Conférence de Étienne Klein, physicien au CEA, professeur à l’École centrale de Paris, directeur du laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM).

Conférence sur Albert Einstein donnée dans le cadre du partenariat “Les amphis du Savoir” entre l’Espace Mendès France et l’Université de Potiers.
Lieu :  l’Amphi 800, bâtiment A1, campus sciences économiques de l’université de Poitiers, 2, rue Jean Carbonnier.

Date : le 1er fevrier à 14h

http://emf.fr/22538/le-pays-ou-habitait-albert-einstein/

Entre Terre et Ciel, une série à voir absolument

Avec le temps qu’il fait sous nos latitudes en ce début d’année 2017, voici une série documentaire intéressante pour occuper quelques soirées d’hiver. Entre Terre et Ciel est une série documentaire sur l’astronomie, présentée par Serge Brunier et diffusée sur Arte depuis 2013.

 

entre-terre-et-ciel

Comme la diffusion n’est plus disponible sur le site d’Arte.

On peut les visionner sur la chaine suivante.

 

  • Saison 1:
    Les Canaries, le soleil sous surveillance
    Svalbard, le pays des aurores boréales
    Hawaii, le chant des étoiles
    Pic du Midi, la météo des planètes
    Paris,les astronomes géomètres
    La baie de Fundy,de la Terre à la Lune
    Arecibo, un télescope dans la jungle
    Chili, les astronomes de l’extrême
    Namibie, le safari céleste
    Comètes, les archives du système solaire
    Inde, le maharaja astronome
    Californie, l’univers après Hubble
    Californie, à l’écoute des extraterrestres
    Le ciel des astronomes amateurs
    Inde, le destin des étoiles
    Mont Graham, les astronomes de la montagne sacrée
    Galilée, le messager céleste
    Hawaii, l’observatoire du climat
    Chili, le désert des astronomes (VLT)
    Arizona, la route des météores
  • Saison 2:
    Hubble, un télescope dans l’espace
    Chili, à la recherche des exoplanètes
    Australie, histoire de la vie sur Terre
    Isaac Newton, l’univers en équation
    Chili, au cœur de la Voie lactée
    Mars, à la recherche de la vie
    Einstein reconstruit l’univers
    Kourou, la porte vers les étoiles
    Au plus près du Big Bang
    Australie, l’énigme des quasars

Contact…! Capture!

Sur le site de l’ESA ce matin, on peut lire “ESA Astronaute Thomas Pesquet arrives at the International Space Station”. L’amarrage de Soyouz à l’ISS c’est en effet bien déroulé.

La vidéo suivante contient toute la retransmission d’hier soir (et ce matin) y compris les attentes. Heureusement, car sur les sites de l’ESA et du CNES seuls les moments clé sont diffusés.

Au timestamp 4:21, on a le même visuel que les astronautes :

  •  l’ISS en approche
  • Les métriques qui sont surveillés par les astronautes et tout le monde.

L’objectif de ce processus d’accostage  est de ramener la croix (qui coupe l’écran en quatre) sur la cible (ou plutôt un peu plus bas car la caméra n’est pas dans l’axe) .

En bas à gauche, on peut lire deux métriques rhô et “rhô point” qui indique la distance (en km) et la vitesse en m/s. La vitesse de “contact” est de 10m/s , ce qui correspond tout de même à 36km/h.  Imaginez-vous manœuvrer votre voiture à cette allure pour l’aligner sur une cible.

Alors que le Contact était établi, vers 20:36, un signal rouge est allumé sur l’écran de supervision à Baïkonour, mais on ne sera pas ce qui c’est passé ni  ce que représentante ce signal.

Avant la fin de cette première retransmission, on apprend que le processus d’amarrage de Soyouz à l’ISS est “terminé est qu’il est nominal”, donc terminé avec succès.

Il faut attendre 1h20 (timestamp 2:35:13), pour assister à l’ouverture de la porte d’accès à l’ISS et les embrassades des six astronautes.

Bonne séance!