Délices de la Terre et merveilles du ciel

piquenique062019-1

Une salade de Kinoa,  une quiche Lorraine maison, une salade de tomates concombre et d’autres ingrédients , un Taboulé, une salade de riz avec tomates, etc. En dessert, pastèque, tarte aux pommes et cookies maison.

Telle était la carte des plats que nous avons dégusté lors de ce pique astronomique. Installés à l’ombre d’un vieux chêne et d’un cerisier, nous avons profité d’un coucher de soleil qui a ensuite laissé place à une soirée plus fraîche après la grosse chaleur de cette journée.

Plut tard dans la soirée, nous avons, profité d’un ciel magnifique qui nous a permis de voir, pour la première fois de la saison, la “voie lactée de l’été” .

piquenique062019-2

Nous avons observé  Jupiter et Saturne, des étoiles doubles ainsi que des galaxies et des amas d’étoiles.

Nous avons observé avec différents instruments : deux paires jumelles,  notre fétiche Dobson 250, la nouvelle Takahashi 90 qui était en “sortie démonstration et initiation”  et qui doit faire ses preuves.

Nous avons passé une très bonne soirée, merci à tous et très bon ciel d’été!

Observons la Lune ! On the Moon Again

50 ans après le premier pas de l’Homme sur la Lune, l’envie nous prend d’éprouver un enthousiasme pour la Lune dans un mouvement mondial, universel, dépassant toutes les frontières : On the Moon Again !
Au travers d’un télescope ou d’une lunette astronomique, nous souhaitons surprendre les passants en leur offrant ce spectacle inattendu.
Installés sur la place du Bail, près des promenades à Lusignan, nous profiterons d’un cadre agréable le 12 juillet à partir de 21h pour vous faire partager une observation de la Lune.
Entrée libre.

panneau80-120-page001(1)

Une marche sous les étoiles

Samedi 22 juin, à 19h place des écoles à Lusignan, l’Association pour le Don de sang bénévole de Lusignan-Coulombiers, en partenariat avec Tout Châ P’tit va loin et Ciel mélusin, proposent une marche pour découvrir les sentiers de Lusignan. à l’issue de cette marche, une collation est offerte par l’Association et est suivie d’une observation du ciel avec des télescopes et des paires de jumelles sous l’éclat de la planète Jupiter.

Cette marche est proposée à l’occasion de la semaine de la promotion du don de sang. C’est une marche pour la vie, signe d’espérance pour le don de sang.

La participation à cette marche est gratuite et est adaptée aux plus jeunes.

observation du 8 décembre 2017

Les premières constellations du ciel d’hiver : sur la piste des Herschel.

En listant les objets observés ce soir, j’ai remarqué que beaucoup avaient un lien avec William Herschel ou son fils. Découvrons ces astres.

 

Le Cygne

Cette constellation est encore visible, mais, dans les semaines à venir, elle va se rapprocher de plus en plus de l’horizon et c’est certainement la dernière observation de la saison.Nous observons deux objets qui ne sont visibles qu’avec le filtre OIII : Les Dentelles et la nébuleuse North America. Les Dentelles ont été présentées dans l’article du mois dernier.La seconde nébuleuse repérée, North America (NGC7000), doit son nom à sa ressemblance à l’Amérique du Nord. Cette ressemblance n’est visible que sur des photographies. En visuel, elle est délicate à observer car elle est très grande et peu contrastée.La partie la plus évidente à voir est une courbe qui ressemble au golfe du Mexique, c’est là où se situe le contraste le plus marqué entre la nébuleuse et la noirceur du ciel. Ce nuage est situé à environ 2 000 a.-l.Il est lumineux car il absorbe puis émet la lumière reçue des étoiles situées à proximité : c’est une nébuleuse en émission. La taille réelle de cet ensemble est d’une cinquantaine d’années de lumière.

 

Dans la constellation des Poissons.

La planète Uranus est encore bien visible lors de cette soirée. Elle continue son mouvement rétrograde d’Est en Ouest, elle reprendra son mouvement direct début janvier 2018. Cette planète a été découverte par William Herschel en mars 1781. Elle est à 2,9 milliards de km de la Terre est sa taille apparente est si faible (14’’) qu’avec un grossissement de 50x, elle a l’aspect d’une étoile. Ce n’est qu’en l’observant avec l’oculaire de 10 mm (permettant un grossissement de 120x) qu’il est possible de voir un aspect sphérique et une teinte vert-émeraude.
L’étoile S398 a été repérée. C’est une étoile double visuelle : l’étoile donne l’illusion être double avec deux composante l’une à côté de l’autre, mais cette apparence n’est due qu’à une proximité de position sur la voûte céleste. Les deux étoiles sont très éloignées (d’une quinzaine d’années de lumière) et n’ont aucune attraction gravitationnelle entre elles. L’observation de ce couple a permis de voir leur teinte : l’une orangée et l’autre plutôt blanche. La référence S 398 est tirée d’un catalogue d’étoiles doubles réalisé en 1826 par l’astronome britannique James South et John Herschel (fils de William Herschel).

 

Orion, le chasseur

La constellation d’Orion fait sa première apparition de l’année (lors de nos observations). Un pointage rapide permet de voir la nébuleuse M42 sans aucun problème. Entre Bételgeuse et Alnitak, se situe M78. À la différence de la nébuleuse North America c’est une nébuleuse par réflexion : la lumière d’étoiles proches et réfléchie par la matière de la nébuleuse (distance 1 600 al, mag 8,3, taille apparente 8’)

 

Le Taureau Au-dessus d’Orion, s’étend la constellation du Taureau avec un rémanent de supernova référencé M1 et couramment nommé la Nébuleuse du crabe.C’est en 1731 qu’un physicien anglais John Bevis (astronome amateur) la découvre et indépendamment, 27 ans plus tard, l’astronome français Charles Messier l’observe, par hasard, en cherchant une comète. Ce dernier la mentionne sur sa carte de cette façon : Nébuleuse au-dessus de la corne sud du Taureau. Messier fait la liste de tous les objets diffus du ciel et cette nébuleuse est la première de son catalogue (Messier 1 ou M 1). En 1844, l’Irlandais Lord Rosse détecte des filaments ressemblant à des pattes de crabe et lui donne le nom de Nébuleuse du crabe. Des mouvements des filaments sont identifiés en 1921 à l’observatoire Lowell par l’allemand Carl Otto Lampland. Les astronomes commencent à comprendre que cette nébuleuse est la trace d’une étoile qui a autrefois explosée. En1942, Walter Baade donne une première estimation de l’âge de l’exposition à 760 ans. Des archives chinoises sont découvertes et mentionnent l’apparition d’une nouvelle étoile, proche de zêta Tauri, le 4 juillet 1054 : la Nébuleuse du crabe est un rémanent d’une explosion d’étoile massive (une supernova) qui s’est produit il y a près de mille ans.

 

Persée

Un autre reste d’explosion d’étoile est visible dans la constellation de Persée, M 76 ou Petit Haltère. Ici ce ne sont pas les restes d’une étoile massive, mais ceux d’une étoile comparable au Soleil qui a explosée, c’est une nébuleuse planétaire.La distance de M 76 est très mal connue ; elle est comprise entre 1 600 et 15 000 al.

 

 

 

observation 8 dec2017

Sous le Pôle nord galactique ! Observations des 29 mars et 24 mai 2019

Sous le Pôle nord galactique !

Le vendredi 29 mars 2019, après de longues semaines sans observation un ciel sans nuage se présente enfin. Nous avons commencé l’observation vers 21h et terminé vers 0h30. Au cours de la première partie de soirée, le ciel était plus ou moins voilé, limitant l’observation des objets faibles. Nous nous sommes concentrés sur l’observation des amas d’étoiles. Heureusement en seconde partie de la soirée le ciel est vraiment dégagé nous laissant le champ libre à la recherche des galaxies de l’Amas de la Vierge.
Ce compte rendu est suivi d’un résumé de l’observation du 24 mai.

Les amas d’étoiles et nébuleuses brillantes

Jean_Phillippe_Loys_de_Cheseaux
Jean Phillippe Loys de Cheseaux

Dans la constellation des Gémeaux, M35, est un amas ouvert trouvé facilement. D’une magnitude de 5.1, il est situé entre 2600 et 2900 al. La petite centaine d’étoiles qu’il contient s’étale sur 19 al et donnent une taille apparente de 25′.  Il a été découvert par l’astronome Philippe de Chéseaux en 1745. Il disposait dans son observatoire, de deux lunettes [en réalité deux télescopes], l’une ordinaire de 14 pieds de long (4,26 mètres), et l’autre d’un peu plus de deux pieds (61cm) [ou 3 pieds?], de construction grégorienne (d’un diamètre inférieur à 20 cm ; peut être une dizaine de centimètres).
Le télescope grégorien est un type de télescope composé de deux miroirs, qui fut inventé au XVIIe siècle par James Gregory, un mathématicien et astronome écossais mais ne le construisit pas.  Newton réalise le sien en 1668. C’est Robert Hooke qui fabrique le premier télescope grégorien 1673.  Le télescope grégorien aurait pu précéder l’invention de Newton…
En recherchant délicatement autour de M35, NGC 2158 est distinguable sous la forme d’une petite tache floue. C’est un amas ouvert relativement lointain, situé à environ 17 000 a.l. Il est d’une mag 8,6, mais ne fait que 5′ de diamètre et ressemble beaucoup à un amas globulaire. C’est William Herschel qui l’a découvert en 1784, avec un télescope de 20 pieds de long (6m) et d’un large diamètre ou avec un télescope de 7 pieds (2,1 mètres)…

En dessous, la constellation d’Orion est encore visible. Trois objets sont pointés : M42, la Nébuleuse d’Orion, M78, une nébuleuse en émission et un curieux amas NGC 2169. Les deux premières ont déjà étaient décrites lors de l’observation du 8 décembre 2017. NGC 2169 est un amas d’étoiles amusant : les étoiles s’arrangent pour former deux caractères. Mais l’imagination des observateurs est ouverte et certains ont vu un “17”, d’autres un “27”, cependant cet amas est connu dans le monde amateur pour dessiner soit un “37” soit un “LE”. C’est un très jeune amas qui a seulement 11 millions d’années. Pour donner une comparaison, les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années et les premiers près humains sont apparus il y 7 millions d’années. Il a été officiellement découvert par Willaim Herschel en 1782, mais il se peut que Giovanni Hodierna l’ait déjà découvert en 1654. Cet astronome italien est présenté dans le compte rendu du l’observation du 17 avril 2018.

Au dessus de la constellation d’Orion, se dresse le Taureau. Même si la zone était un peu lumineuse à cause d’un halo d’une ville (St Maixent voire Niort ?) M1 est observé, ce rémanent de supernova est nommé la Nébuleuse du Crabe depuis que Lord Rosse a vu dans cette nébuleuse des filaments de matière lui suggérant ce crustacé. M78 une nébuleuse en émission voir obs 8 décembre 2017.
à proximité, l’amas des Pléiades et des Hyades sont observés avec nos jumelles.

à l’est d’Orion se situe la constellation du Cancer. Deux amas sont parfaitement et facilement observables M44, l’amas de la Crèche et M67.

Au dessus de la constellation du Taureau, le Cocher, en forme de pentagone, est visible avec Capella 5e étoile la plus brillante du ciel. Trois amas d’étoiles presque alignés sont repérables de droite à gauche : M38, M37 et M36. Aux jumelles, observation de Melotte 31. Philibert Jacques Melotte est un astronome anglais (1880 – 1961) qui publia en 1915 un catalogue de 245 amas (faisant partie ou pas de catalogues déjà existants comme Messier ou NGC).

Dans la constellation de Persée, l’incontournable Double amas de Persée.

De rares amas globulaires sont présents dans le ciel et seuls  M13 et M3 respectivement dans la constellation d’Hercule et Les Chiens de chasse sont pointés. J’ai essayé de trouver M79, dans la constellation du Lièvre, mais dans les lueurs de la pollution lumineuse, avec un ciel gris pâle, je n’ai pas insisté.

Le Navire Argo
Le Navire Argo

Une constellation méconnue : La Poupe. C’est une constellation récente nommée par Nicolas Louis De Lacaille en 1752. Cette partie du ciel était connue durant l’antiquité et Ptolémée avait appelé une grande zone Le Navire Argo. Cette constellation est peu connue sous nos latitudes car peu d’étoiles lumineuses sont visibles. Pour admirer correctement cette constellation il faut être à des plus basses latitudes et être au moins en Afrique du nord. Elle abrite cependant trois amas ouverts observés ce soir M93, au télescope et M46 et M47 aux jumelles.

Un bel amas est aussi visible dans la constellation voisine M41 dans le  Grand Chien, habituellement visible à l’œil nu, mais la pollution lumineuse d’un proche village ne permet pas de le repérer à l’œil nu. Au télescope, cet amas révèle une centaine d’étoiles dont certaines orangées. Cet amas est âgé de 250 millions d’années.

Dans Cassiopée M103 est un amas discret contenant peu d’étoiles, son originalité est d’être l’un des amas ouverts les plus lointains observables à 8 ou 9000 a.l. Un autre amas déjà observé lors des soirées précédentes est M52. Peut être le plus bel amas de la soirée NGC 457 l’amas de la Chouette dans la constellation de Cassiopée. Magnifique amas avec deux étoiles brillantes de magnitude 7 pour symboliser les yeux de la Chouette. Il a été découvert par William Hershel en 1787. Il est situé à 8000 a.-l. et contient environ 150 étoiles de faibles magnitudes.

Passons aux galaxies !

Le léger voile nuageux du début de la soirée a disparu. Le ciel est plus sombre et nous pointons à présent le télescope en direction des constellations du Lion, de la Vierge et de La Chevelure de Bérénice…

Constellation de la Girafe
Constellation de la Girafe

J’avais un petit défi à réaliser : trouver la galaxie NGC 2403 dans la constellation de la Girafe. Avant, je vérifie la qualité du ciel en pointant en direction de la constellation de la Grande Ourse (et au alentours) M51 (mag 8,4) ; M81 (mag 7,0) et M82 (mag 8,6) ; M109 (mag 9,8) ; M97, une nébuleuse planétaire la Nébuleuse du Hibou (mag 9,9) ; M108 (la galaxie de la Planche de Surf) (mag 10,0) et M101 (mag 7,1). Après deux ou trois essais de pointage, je trouve NGC 2403 (mag 8,9), un peu difficile à localiser car il n’y a pas d’étoile pouvant servir de repère dans la zone où est située cette galaxie. Elle est à une distance de 10 millions d’a.-l. environ. Elle est deux fois plus petite de la nôtre. Elle a été découverte en 1788 par William Herschel.

Orientons-nous à présent vers la concentration la plus importante de galaxies du ciel : l’Amas de la Vierge !

Dans la constellation du Lion il y a deux belles régions à observer. La première avec 3 galaxies visibles dans l’oculaire : le Triplet du Lion avec M65 M66 NGC 3628, puis un beau doublé : M95 et M96. Enfin une galaxie toujours sympathique à observer NGC 2905. (J’ai encore oublié de cibler la zone de M105… pour la prochaine fois !).

Déplaçons-nous vers la constellation de la Vierge, avec le début de la Chaîne de Markarian où 5 galaxies sont observables : M84, M86, NGC 4438, NGC 4402 et NGC 4388 en remontant il est possible de voir M100 puis en montant encore M85. En dessous de cette zone, M49 et sur le côté de la constellation de la Vierge, NGC 4697 puis plus bas M104, la galaxie du Sombero.

Allons maintenant vers la Chevelure de Bérénice, où est situé le Pôle nord galactique.

La Voie lactée, sert de référence pour définir le plan galactique ou équateur galactique (utile pour placer les galaxies et amas d’étoiles les uns par rapport aux autres). Ce plan n’est ni confondu avec équateur céleste, ni avec l’écliptique (il n’y a aucune raison à cela). Perpendiculairement à ce plan, il est possible de définir le pôle nord galactique. Il est situé dans la constellation de la Chevelure de Bérénice (située entre celle du Lion et celle de la Grande Ourse). Actuellement cette constellation culmine en début de soirée à 70°, presque au zénith, presque au dessus de nos têtes !

Johann Elert Bode
Johann Elert Bode

M53 est un des rares amas globulaires à être visible en cette saison de l’année. Situé près de l’étoile Alpha de la Chevelure de Bérénice (à 1°), son repérage ne pose pas beaucoup de difficulté. à proximité de cet amas, il se trouve un autre amas globulaire NGC 5053, mais qui n’était pas mentionné sur ma carte : il sera à rechercher une prochaine fois… M53 a été découvert par Johann Elert Bode en 1775 qui est le co-auteur de la fameuse loi de Titus-Bode, loi empirique exprimant les distances des planètes. Cette loi est vu aujourd’hui plus comme une curiosité qu’une réelle loi, car si elle fonctionne pour la majorité des orbites planétaires elle ne fonctionne pas pour Neptune, ni pour Pluton, mais donne un résultat pour les astéroïdes.
M64 est un galaxie spirale de magnitude 8,5 et d’une dimension de 9′. C’est une galaxie spirale avec un immense nuage de gaz et de poussières lui vallant le surnom de galaxie de l’œil noir. personnellement, je n’ai pas encore réussi à voir cette tache sombre.
La belle et élégante NGC 4565, la galaxie aiguille, toujours un plaisir à voir.

Puis en recherchant, et en observant la galaxie NGC 4631, une masse semblait être visible à côté qui n’était pas mentionnée sur ma carte. En recherchant sur une autre carte, confirmation : il y a bien une seconde galaxie à proximité, NGC 4656 de magnitude 11.

Pour terminer un retour vers la constellation du Lion avec une galaxie déjà plusieurs fois observée NGC 2903 et une galaxie qui n’avait pas encore était observée,de mag 11.1, NGC 3190. Une galaxie spirale vue de profil à une distance de 80 millions d’al. Elle a été découverte par William Herschel en 1784.

Porrima : Avec le Dobson de 200mm et un grossissement de 120 fois, l’étoile est vue sous la forme d’un segment, ressemblant légèrement à une cacahuète. Mais avec un grossissement de 200 fois, les deux composantes sont enfin visibles.

aux jumelles :
Melotte 111

 

Observation du 24 mai

étoiles doubles.

En cette période de l’année, la nuit noire arrive très tard. L’observation a commencé à 23h, certains sont partis vers 1h30. Pour patienter le début de la nuit noire, on fait un petit tour sur quelques étoiles doubles observables. Pointées par Hugot et Lisa.
Epsilon Lyre
Cor Caroli
Alcor et Mizar

Les objets observés ce soir.

Ils ne sont pas commentés car observés lors de la précédente observation.
M44, M67, M57, M13, M3, M52, M53, NGC 2903, NGC 3193, Triplet du Lion (M66, M65 et NGC 3628), M96 et M95 ; NGC 4565 ; M64 ; NGC 4627 et NGC4656 ; M51 ;  M3 ; M104 ; M68 ; M80 ; NGC 4559 ; NGC 2403 ;

En fin d’observation  la planète Jupiter.

Une grappe de satellites Starlink : 60 satellites en file indienne se déplaçant dans le ciel entre la Casserole et l’étoile Déneb. D’une belle brillance ~mag -1 (+/- 1).

Les nouveautés :
On complète les galaxies observables dans la constellation de la Chevelure de Bérénice :
NGC 4414, une petite galaxie spirale vue de dessus. Elle fait presque la moitié de la taille de notre galaxie. Elle est située à 60 millions d’années lumière. Elle est d’une taille apparente de 3,6′ x 2′ et d’une magnitude de 10.1. Elle s’éloigne de nous à une vitesse de 717 km/s Cette galaxie contient de nombreuses céphéides, étoiles variables utilisées afin d’estimer la distance des galaxies. L’étude de cette galaxie est très suivie pour mesurer l’expansion de l’univers. Et un beau triplet : NGC 4274 et NGC 4314 et NGC 4278 . Dans la Chevelure de Bérénice une trentaine d’objets sont observables, il nous reste donc encore des objets à découvrir. Parmi les objets brillants, ils ont quasiment tous été observés :

NGC Messier Type d’objet RA Dec Major axis Minor axis V-mag Type de la galaxie
nom courant Observé.e
NGC 5024 M53 amas globulaire 13:12:55.23 +18:10:08.8 9 7,79 O
NGC 4826 M64 galaxie 12:56:43.64 +21:40:58.7 10,52 5,33 8,52 SABa Galaxie de l’oeil noir O
NGC 4321 M100 galaxie 12:22:54.83 +15:49:18.5 6,1 5,62 9,35 SABb O
NGC 4382 M85 galaxie 12:25:24.11 +18:11:29.4 6,95 5,35 9,05 S0-a O
NGC 4254 M99 galaxie 12:18:49.60 +14:24:59.4 5,04 4,74 9,87 Sc X
NGC 4559 galaxie 12:35:57.65 +27:57:36.0 10,57 4,82 10,01 Sc O
NGC 4494 galaxie 12:31:24.10 +25:46:30.9 4,35 4,13 9,74 E O
NGC 4450 galaxie 12:28:29.63 +17:05:05.8 5,46 3,78 10,08 Sab X
NGC 4192 M98 galaxie 12:13:48.29 +14:54:01.2 11,04 2,66 10,14 SABb O
NGC 4414 galaxie 12:26:27.10 +31:13:24.7 1,95 1,12 10,12 Sc O

Toujours pas observés :
NGC 5053 ;
NGC 4341 (trop de pollution lumineuse pour détecter cette nébuleuse planétaire),
NGC 3610 (trop petite 1,4′ et faible ~10.8 mV (11,4 mB) ) ;

Remarque : Une observation a été réalisée le 11 mai depuis le village des Brousses.
Les objets observés ont été vus lors des observations du 29 mars ou 24 mai 2019.

 

 

Observation du 5 octobre

(avec un Dobson 200)

Les amas globulaires

M22atlas_crop - 2MASS project
M 22, l’un des plus beaux amas du ciel

Les amas globulaires sont des objets célestes composés de plusieurs milliers à centaines de milliers d’étoiles, très denses et aillant la forme d’un globe. Ils entourent notre galaxie et sont à des distances situées entre 10 000 à 50 000 a.-l. voire parfois plus.

L’un amas globulaires les plus facile à observer ce soir est M71, situé à 13 000 al. Il a été découvert en 1745 Jean-Philippe Loys de Cheseaux, il est situé dans la constellation de la Flèche, qui est l’une des plus petites constellations du ciel.  Son âge est estimé entre 9 à 10 milliards d’années. De magnitude 8,2 il s’étend sur 7,2’ et a un dimension réelle d’environ 27 al.

Dans le Sagittaire (dernière observation de la saison)

M28 découvert par Charles Messier en 1764. Il est situé à une distance d’environ 18 000 al et est d’une magnitude 6,8 et s’étend sur 11,2’ soit une d’une taille réelle de 60 a.-l. Cet amas est facilement repérable avec une paire de jumelles.

M70 a été découvert par Charles Messier en 1780,  situé à 29 000 a.-l., il est d’une magnitude 7,9 et d’une taille de 7,8’.

M22, l’un des plus proche amas globulaire à une distance de 10 000 a.-l. Contenant 100000 étoiles. d’une magnitude de 5,1, il a une taille de 29’ soit la taille de la Pleine Lune. Très bel amas à observer.

M15 amas globulaire dans Pégase.
M56 est un amas globulaire découvert en 1779 par Charles Messier dans la constellation de la Lyre.
M92 est un amas globulaire situé à 26 000 années-lumière de la Terre, dans la constellation d’Hercule.
NGC 6934 est un amas globulaire situé dans la constellation du Dauphin à 50 000 a.-l.
M30 est un amas globulaire situé dans la constellation du Capricorne.
M72 est un amas globulaire situé dans la constellation du Verseau.
M2 est un amas globulaire découvert par l’astronome Giovanni Maraldi en 1746 situé dans le Verseau.

Les amas ouverts

Contrairement aux amas globulaires, les amas ouverts sont beaucoup moins dense et continent bien moins d’étoiles. Ils sont forcément relativement jeunes car au cours du temps les étoiles se dispersent et l’amas disparait.

M11
M11, l’amas des Canards sauvages
245px-Sceptrum_Brandenburgicum
Le sceptre de Brandenburg, une constellation aujourd’hui disparue.

M11, aussi appelé l’Amas des Canards sauvages, situé dans la constellation de l’Écu de Sobieski, en bas de la constellation de l’Aigle. Il a été découvert en 1681 par l’astronome allemand Gottfried Kirch de l’observatoire de Berlin, mais le voyant sous l’aspect d’une nébuleuse, ce n’est que 52 ans plus tard que le britannique William Derham arrive à observer la nature stellaire de cet amas. Gottfried Kirch est à l’origine, en 1688, d’une constellation aujourd’hui disparue : Le Sceptre de Brandenburg. De cette constellation, il n’en subsiste aujourd’hui que le nom de son étoile principale Sceptrum (l’étoile 53 de la constellation de l’Eridan). De nombreuses constellations ont été supprimées en 1930, l’astronome belge Eugène Delporte fixe les limites des 88 constellations dans son livre Délimitation scientifique des constellations.
M11 est l’objet de la liste de Messier le plus riche en étoiles : 3000 étoiles composent cette structure. Ces étoiles seraient formées il y a environ 220 millions d’années. Le nom des Canards sauvages vient des la disposition des étoiles les plus brillantes formant un « V », rappelant la formation de ces oiseaux en vol, mais, je n’ai jamais réussi à voir ce “V”. De magnitude 5,8, il s’étend sur 14’, ce qui le rend très beau à observer.

M103 est un amas ouvert situé dans la constellation de Cassiopée. Il a été découvert par Pierre Méchain en avril 1781.

NGC 457, appelé aussi « amas de la Chouette » est un amas ouvert situé dans la constellation de Cassiopée. Découvert en 1787 par William Herschel. Il comporte env 80 étoiles à une distance de 8000 a.-l. Très bel Amas à observer.

Les nébuleuses

Les nébuleuses sont des nuages de gaz et de poussières. Elles peuvent être lumineuses soit parce qu’elles reçoivent de la lumière des étoiles qu’elles contiennent et émettent alors une lumière soit par réflexion des étoiles situées à proximité, d’autres sont sombres car très dense en poussières cachant les étoiles situées en arrière plan, se sont les nébuleuses obscures.
Il n’existe que 12 nébuleuses dans le catalogue de Messier. La plupart des nébuleuses sont classées dans le NGC et sont souvent très petites ou très peu lumineuses.

Pour la dernière fois de la saison, observation de la nébuleuse Oméga, cette magnifique nébuleuse en émission dans la constellation du Sagittaire.  De Chéseaux mentionne son existence en 1746. Elle aussi observable avec une simple paire de jumelles.
Ngc 7000 La nébuleuse North America est une nébuleuse en émission située à environ 1 900 a.-l. dans la constellation du Cygne. Elle a une taille environ 50 a.-l. Elle a déjà été observée lors d’une précédente observation. Les Dentelles du Cygne, un rémanent de supernova. Ces deux nébuleuses ne sont à rechercher qu’avec un filtre OIII, car sans cela leur observation est quasiment impossible.
M27 La nébuleuse de l’Haltère, est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Petit Renard. Cette nébuleuse est comparable à M76 (découverte par Pierre Méchain) nébuleuse planétaire située dans la constellation de Persée qui est également connue sous le nom du Petit Haltère.

ngc7293
La discrète nébuleuse Hélice…

NGC 7293 ou nébuleuse de l’Hélice est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Verseau. Elle a été découverte par l’astronome allemand Karl Ludwig Harding au début du 19e siècle. D’une taille apparente impressionnante 25 ’ soit la moitié de la Pleine Lune ! Elle est cependant très pâle, et il est possible de la deviner plus que de la voir. Le filtre OIII montre que la nébuleuse est bien là, mais aucun détail n’est visible et elle reste cotonneuse. Cette nébuleuse se forme à la fin de fonctionnement d’une étoile comparable à la masse du soleil. La géante rouge a expulsé son enveloppe de gaz qui va être éclairée par le résidu de l’étoile, une naine blanche.
Elle a un diamètre réel de presque 3 a.-l.

Les galaxies
M101 ou galaxie du Moulinet, galaxie spirale dans la Grande Ourse découverte en 1781 par Pierre Méchain. Elle est située à 23 millions d’années et s’éloigne de nous à une vitesse de 243 km/s. Elle est vue de face et c’est une galaxie spirale dont la taille est presque deux fois plus grande que la nôtre mais dont la masse est 10 fois plus grande ! De magnitude 7,8 et d’une taille apparente de 22’. L’astronome irlandais Lord Rosse a été le premier à détailler la structure spiralée de la galaxie à l’aide d’un télescope de 1m80, télescope qui était le plus grand du monde dans la seconde moitié du 19e siècle.
1781 a été une année faste pour le catalogue Messier : 23 objets ont été trouvés cette année là, dont 14 par Pierre Méchain et 9 par Charles Messier.

L’astronome français Pierre Méchain sera souvent cité lors des présentations des objets Messier, ce n’est pas étonnant, il a découvert 29 objets sur les 110 que compte la liste !
Charles Messier, quant à lui, a découvert 37 objets soit juste un peu plus du tiers des objets de son catalogue. Attention aux idées reçues, le catalogue de Messier n’est pas la liste des objets découverts par Messier, mais connus à son époque (mais il a observé chaque objet de sa liste).

D’ailleurs M74, est aussi une galaxie découvert par Pierre Méchain. Elle est observable dans la constellation des Poissons. Elle est située à 29 millions d’a.-l. C’est un exemple de galaxie spirale classée SA c : elle a ses bras spiraux assez écartés. De magnitude 10.00 et ses dimensions sont de 10,5′ × 9,5′

Une autre galaxie, mais barrée SB b, NGC 7479 d’une magnitude apparente de 11.6, située dans la constellation de Pégase, elle a une dimension apparente assez petite : 4,1′ par 3,2′ car située à 100 millions d’années de lumière. Elle se déplace à une vitesse de 2400 km/s. Il n’est cependant pas possible de voir les bras spiraux, seule la barre centrale est visible réduisant de fait la taille apparente vue. C’est dommage, car ses bras spiraux dessinent un magnifique S. Elle a été découverte en 1784 par William Herschel.

NGC 7331 est une galaxie spirale barrée située à 42 millions d’a.-l. dans la constellation de Pégase.
M51, pas très visible (à cause de la pollution lumineuse, près de l’horizon nord ouest) seuls les centres étaient, à peine, visibles.

Au sujet des objets Messier…
La catégorie la plus présente dans les objets Messier est celle des galaxies, puis les amas globulaires et les amas ouverts prennent la 3e place du classement. A eux trois, ils représentent 88,3% des 110 objets Messier.

Les planètes

Mars, vue en forme gibbeuse.
Saturne,
Uranus, vue sous la forme d’une petite bille bleutée avec un grossissement de 200 fois.
Neptune vue sous la forme d’une petite bille bleutée avec un grossissement de 200 fois.

 

Liste des objets du catalogue Messier et NGC observés ce soir :
messier 5 octobre

Hugot a aussi observé :
la nébuleuse de la Lyre,
L’étoile double Albiréo,
La nébuleuse planétaire M 27,
L’amas globulaire M71.

Éteignons les lumières à Lusignan ce samedi

Nous participons à la 10e édition de cette manifestation nationale  une opération de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé.

Pour se rendre compte de la pollution lumineuse autour de Lusignan jusqu’à Poitiers, la carte suivante donne en fausse couleur le nombre d’étoiles visibles :

La ville de Lusignan est en jaune (250-500 étoiles visibles), en s’éloignant du bourg on passe rapidement au vert (500-1000 étoiles visibles) ensuite au cyan (1000-1800 étoiles visibles) avant d’atteindre la zone bleue (1800-3000 étoiles visibles).

Le centre ville de Poitiers est en rouge (25 à 100 étoiles visibles).

polution lumineuse-autour-lusignan

Au programme ce samedi 13 Octobre, organisée avec la Marie de Lusignan :

  •  Extinction de l’éclairage public dans le bourg, le secteur des Promenades et le site de Vauchiron, du samedi 13 Octobre à 20h00 au dimanche 14 Octobre à 9h00.
  •  à 20h30, RDV Place de la Mairie :
    Echange sur les enjeux de l’éclairage public, suivi d’un cheminement pédestre jusqu’au Camping de Vauchiron
  •  A partir de 21h30 sur le camping de Vauchiron :
    Observation du ciel organisée par notre association

Manifestation gratuite

Organisation : Mairie de Lusignan et association Ciel Mélusin

LJDLN_2018