Délices de la Terre et merveilles du ciel

piquenique062019-1

Une salade de Kinoa,  une quiche Lorraine maison, une salade de tomates concombre et d’autres ingrédients , un Taboulé, une salade de riz avec tomates, etc. En dessert, pastèque, tarte aux pommes et cookies maison.

Telle était la carte des plats que nous avons dégusté lors de ce pique astronomique. Installés à l’ombre d’un vieux chêne et d’un cerisier, nous avons profité d’un coucher de soleil qui a ensuite laissé place à une soirée plus fraîche après la grosse chaleur de cette journée.

Plut tard dans la soirée, nous avons, profité d’un ciel magnifique qui nous a permis de voir, pour la première fois de la saison, la “voie lactée de l’été” .

piquenique062019-2

Nous avons observé  Jupiter et Saturne, des étoiles doubles ainsi que des galaxies et des amas d’étoiles.

Nous avons observé avec différents instruments : deux paires jumelles,  notre fétiche Dobson 250, la nouvelle Takahashi 90 qui était en “sortie démonstration et initiation”  et qui doit faire ses preuves.

Nous avons passé une très bonne soirée, merci à tous et très bon ciel d’été!

A voir sur Arte « Le faux manuscrit de Galilée : enquête sur une incroyable imposture »

En ce moment sur Arte on peut voir « Le faux manuscrit de Galilée : enquête sur une incroyable imposture ».

A voir sur le site d’Arte en suivant ce lien, ou s’il n’est plus disponible sur ce site.

« Conçu à la manière d’un thriller, ce documentaire retrace l’histoire d’un faux presque parfait, sans oublier d’interroger les motifs du contrefacteur, fervent admirateur du célèbre astronome italien », indique Arte, en présentation de ce documentaire.

Pour ne pas « divulgacher » l’intrigue du documentaire, je n’en dirai pas plus sur l’enquête elle-même, mais quelques mots sur l’ouvrage en question.

Galilée publia le Sidereus Nuncius (Le Messager des étoiles, si l’on traduit du latin) en 1610, le premier ouvrage où il résuma le résultat de ses observations avec sa lunette. En une soixantaine de pages, Galilée y présenta ses observations sur la Lune, les étoiles et les satellites de Jupiter.
A propos de l’observation de la Voie lactée avec sa lunette, Galilée écrivit : “Grâce à la lunette, on peut si bien fixer son regard sur elle[la Voie lactée], que toutes les disputes qui ont, durant tant de siècles, torturé les Philosophes sont détruites par l’évidence de la perception, et que nous voilà libérés de discussions verbeuses. La Galaxie n’est, en effet, rien d’autre qu’un amas d’étoiles innombrables regroupées en petits tas.”

Galilée décrivit également ce qu’il observa dans sa lunette lorsqu’il pointa des amas stellaires. Ainsi écrivit-il à propos des Pléaides « Nous avons représenté six étoiles du Taureau, appelées les PLEIADES (je dis six, puisque la septième n’apparaît presque jamais), enfermées entre des bornes très étroites dans le ciel, auprès desquelles sont situées plus de quarante autres, invisibles [à l’oeil nu]. »

pleiades
Le 7 janvier 1610, Galilée pointa une nouvelle lunette plus puissante vers Jupiter et fit une découverte majeure : « Elles me causèrent un certain émerveillement, du fait qu’elles étaient disposées selon une ligne exactement droite et parallèle à l’Ecliptique et, bien qu’égales aux autres fixes en grandeur, plus resplendissantes. Voici qu’elle était leur position les unes par rapport aux autres et par rapport à Jupiter ».

Galilée exposa ensuite ses observations en précisant les dates d’observation :

jupiter

Dans le documentaire, il est également question de quatre aquarelles de la Lune peintes par Galillée. La Lune est le premier objet que Galilée observa, et il fut le premier à avoir compris ce qu’il voyait : « nous pouvons discerner avec certitude que la surface de la Lune n’est pas parfaitement polie, uniforme et très exactement sphérique, comme une armée de philosophes l’ont cru, d’elle et des autres corps célestes, mais au contraire inégale, accidentée, constituée de cavités et de protubérances, pas autrement que la face de la Terre elle-même, qui est marquée, de part et d’autre, par les crêtes des montagnes et les profondeurs des vallées ».

lune
Au-delà de l’enquête qui est le fil conducteur, le documentaire présente également l’histoire de l’œuvre majeure de Galilée, le Sidereus Nuncius, à découvrir ou à redécouvrir.

Références :

Séance du 16 novembre

Nous étions 14 membres à la séance de ce soir.

Nous avons commencé par souhaiter le bienvenu à Armelle qui a rejoint le club.

Bernadette nous a ensuite présenté une sujet sur “Les hommes et les planètes”.

Un parcours historique, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, de la connaissance qu’ont les hommes des planètes du système solaire.

Merci Bernadette.

S’en est ensuite suivi une discussion sur la découverte de Pluton et des objets tournant au-delà de Pluton.

Nous avons ensuite parlé des prochaine éventements du club :

-Le 28 novembre : conférence de Frédéric Soulu “Les circulations de Jacques Babinet : un poitevin au cœur des sciences du XIXe siècle “ à L’Espace Mendès France.

-Le 7 décembre : Sortie d’observation de décembre

-Le 14 décembre : Séance en salle de décembre

Eric nous a ensuit parlé de la Comète 46P qu’on pourra observer  en décembre à l’œil nu.

Trajectoire de 46P

 

Objets proposés pour l’observation de novembre et décembre

©Ciel Mélusin

Niveau : * : facile, ***** : très difficile

Objets : AG : amas globulaire, AO : amas ouvert,

            ED : etoile double, Gal : galaxie,

            NP : nébuleuse planétaire, ND : nébuleuse diffuse

 

Objet Constellation Magnitude Niveau
M36 M37 et M38 (AO) Cocher 6, 5,6 et 6,4 *
M34(AO) Persée 5,2 *
NGC 1647 et 1746 (AO) Taureau 6,4 et 6,1 *
Hyades (AO) Taureau 0,5 *
NGC 869 et 884 (AO) Persée 5,3 **
M76 (NP) Persée 10 ***
IC 2149 (NP) Cocher 10 ***
M1 Taureau 8,4 ***
M74(Gal) Poissons 9,2 ****

 

Éteignons les lumières à Lusignan ce samedi

Nous participons à la 10e édition de cette manifestation nationale  une opération de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé.

Pour se rendre compte de la pollution lumineuse autour de Lusignan jusqu’à Poitiers, la carte suivante donne en fausse couleur le nombre d’étoiles visibles :

La ville de Lusignan est en jaune (250-500 étoiles visibles), en s’éloignant du bourg on passe rapidement au vert (500-1000 étoiles visibles) ensuite au cyan (1000-1800 étoiles visibles) avant d’atteindre la zone bleue (1800-3000 étoiles visibles).

Le centre ville de Poitiers est en rouge (25 à 100 étoiles visibles).

polution lumineuse-autour-lusignan

Au programme ce samedi 13 Octobre, organisée avec la Marie de Lusignan :

  •  Extinction de l’éclairage public dans le bourg, le secteur des Promenades et le site de Vauchiron, du samedi 13 Octobre à 20h00 au dimanche 14 Octobre à 9h00.
  •  à 20h30, RDV Place de la Mairie :
    Echange sur les enjeux de l’éclairage public, suivi d’un cheminement pédestre jusqu’au Camping de Vauchiron
  •  A partir de 21h30 sur le camping de Vauchiron :
    Observation du ciel organisée par notre association

Manifestation gratuite

Organisation : Mairie de Lusignan et association Ciel Mélusin

LJDLN_2018

Remarquable documentaire sur les trous noirs

Parmi les documentaires sur l’astronomie disponibles sur le site d’Arte, il y en a un particulièrement intéressant. Intitulé Mystérieux trous noirs, ce documentaire américain d’une durée presque de deux heures est une coproduction d’Arte France.

trousnoirsArte

L’intérêt de ce documentaire réside à la fois dans les explications pédagogiques que dans sa mise en perspective historique de la découverte des trous noirs et ce tout au long du documentaire.

Histoire de la découverte des trous noirs

L’histoire de la découverte des trous noirs est contée depuis l’élaboration par Einstein de la nouvelle théorie de la gravitation, la relativité générale.  Alors qu’il était encore au front sous les bombes de la première guerre mondiale, l’astronome allemand Karl Schwarzschild a trouvé la solution exacte des équations  de relativité d’Einstein. Et dans cette étude il s’intéresse à l’espace gravitationnel autour d’une masse ponctuelle, et démontre l’existence d’une frontière, qui porte depuis son nom le “rayon de Schwarzschild”, qui définit  l’horizon d’un trou noir, distance au-delà de laquelle, ni la lumière, ni la matière ne peut échapper à la force gravitationnelle du trou noir.

Cette découverte restera à un stade théorique sous forme d’équations jusqu’à la première observation rendue possible pas le développement de la radio astronomie et de l’astronomie en rayons X (souvent abrégée en « astronomie X »). Paul Murdin travaillait à l’Observatoire royal de Greenwich. En 1970, juste avant que son contrat de 3 ans ne se termine à l’observatoire, il observe une étoile double dont une seulement des deux étoiles est visible. Cette étoile possède une période de révolution de 5,6 jours autour d’un objet invisible au télescope optique mais qui émet des rayons X. Les calculs par Paul Murdin de la masse de l’objet invisible donnent une estimation de 6 masses solaires. La théorie dit que la masse d’un trou noir stellaire, c-à-d issu de l’effondrement d’une étoile sur elle-même, doit avoir au minimum 3 masses solaires. Paul Murdin conclut alors qu’il venait de découvrir le premier objet candidat à être un trou noir. Il nomme cet objet Cygnus X-1, comme il le raconte dans le documentaire :

“Cygnus : la constellation du Cygne, “X” pour source de rayon X et “1” parce que c’était la première”.

Mark Reid, 40 ans plus tard, en 2011, fait une estimation qui donne une masse de Cygnus X-1 de  15 masses solaires. Cygnus X-1 est désormais considéré comme le premier trou noir confirmé.

LestrousNoirs-paulMurdin

Des explications pédagogiques

Le documentaire ne lésine pas sur les moyens pour nous donner tous les outils pour comprendre avec des images abondantes d’infographie :

  • La fusion nucléaire ;
  • La gravitation :
  • La relativité générale ;
  • Les ondes gravitationnelles ;
  • L’électromagnétisme ;
  • La façon de mesurer la distance des étoiles ;
  • Les quasars
  • la façon dont les astronomes déterminent la composition des étoiles.

Un siècle de recherche scientifique et d’expérimentation

La théorie sur les trous noirs aura finalement mis un siècle à être vérifiée par l’expérience. Bon nombre de scientifiques, et encore au début des années 2000, n’ont considéré les trous noirs que des objets mathématiques chimériques. Einstein lui-même n’y a jamais cru.

La mise en évidence, pour la première fois, des ondes gravitationnelles en 2015 par l’expérience américaine Ligo a permis non seulement la mise en évidence de ces ondes mais aussi qu’elles peuvent être directement générées par la fusion de deux trous noir.

Nous regrettons toutefois que le documentaire ne cite pas l’expérience européenne Advanced Virgo  qui a permis, en 2017, conjointement avec le Ligo d’observer et, pour la première fois, à localiser, à l’aide de trois détecteurs, les ondes  gravitationnelles émises par la fusion de deux trous noirs.

Le documentaire sur le site d’Arte.

 

 

 

 

Projection du film “Sur la route de l’ombre de l’éclipse” ce 3 octobre

Notre club d’astronomie vous convie le mercredi 3 octobre, à 20h30,  à l’Espace V de Lusignan pour voir le film d’Olivier Sauzereau,  intitulé “Sur la route de l’ombre de l’éclipse”.

Entrée Gratuite.

Le 21 août 2017, l’éclipse totale de Soleil a été visible depuis l’Amérique du nord. Après avoir observé ce phénomène céleste, Olivier Sauzereau fait le pari de traverser les États-Unis en moins de 29  j 12  h 44  min. Cette contrainte rappelle bien évidemment les Voyages extraordinaires de Jules Verne.

Projection, en présence de d’Olivier Sauzereau, photographe professionnel,  en partenariat avec l’ACSL.

Cette soirée a été organisée par Ciel Mélusin, dans le cadre des “Soirées Babinet”, projet soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine, l’Espace Mendès-France et la Mairie de Lusignan.

 

flyer octobre -Sur la route de l'ombre de l'éclipse1

flyer octobre -Sur la route de l'ombre de l'éclipse2

 

Lusignan sous les étoiles le 18 août

Le club d’Astronomie Ciel Mélusin vous convie à partir de 22h à la soirée “Lusignan sous les étoiles” au petit stade (à côté de l’Espace V) route de Jazeneuil à Lusignan.

Coordonnées : 46,439 N ; 0,114 E

Au programme de cette soirée :

  • Observation des planètes et de la Lune,
  • Découverte des amas d’étoiles et des étoiles doubles,
  • Repérage des nébuleuses et galaxies.

 

  • lusignanr1c

L’éclipse de Lune du 27 juillet : une soirée inoubliable

Après l’installation de l’exposition sur les éclipses de Lune à partir de 19h30, personne ne cachait son inquiétude sur la météo exécrable de la début de soirée. Des gros nuages étaient levés sur l’horizon est, là où justement nous attendions le lever de la Lune.

Nous avions installé trois postes d’observation : deux Dobson (250 et 200) et un Newton 114 sur monture équatoriale.

Vers 22h, nous étions déjà une trentaine de personnes à se demander à quelle heure nous verrions la reine de la soirée dans sa robe rouge-orange.

Heureusement que l’horizon sud-ouest était déjà dégagé depuis 21h, le public était ravi d’observer le ballet des planètes, parfois entre deux nuages, depuis le croissant de Vénus jusqu’à la belle Mars en passant par Jupiter et Saturne.

C’est seulement à partir de 22h, ou peut-être un peu plus, la notion de temps m’a quelque peu échappé pendant cette soirée, que nous avons commencé à percevoir notre satellite naturel; d’abord derrière des nuages, qui faisaient baisser encore plus sa luminosité, et ensuite bien dégagé montrant sa belle couleur rouge-orange.

La soixantaine de personnes qui étaient présentes ont pu voir le spectacle de l’éclipse de ce soir, d’abord totale ensuite, à partir environ de 23h15, la Lune a commencé à sortir du cône d’ombre projeté par la Terre. Et la Lune a retrouvé progressivement sa lumière habituelle, assez forte, vers 1h du matin, pour ranger nos télescopes, nos chemins éclairés par la seule lumière de la Lune …

Je n’oublie pas de dire un grand merci à tous les animateurs de l’association qui ont participé à la réussite de cette soirée.

Parmi le public, plusieurs personnes ont pris des photos de l’éclipse avec leur smartphone en utilisant la technique dite en mode afocale, en présentant l’objectif du téléphone devant l’oculaire et à main levée.  Quelques personnes nous ont envoyé leurs photos, voici la première, plusieurs autres suivront.

Envoyée par Jeremy et Caroline.

eclipseLune-27072018-1

 

Nous vous donnons rendez-vous pour le 18 août pour la “Nuit des étoiles” à Lusignan.

À très bientôt, et profitez du beau ciel d’été !

 

Pique-nique astronomique hier 13 juillet

Pour finir l’année, sous la douce chaleur de fin de journée, et peu avant le coucher du soleil, nous avons partagé, dans la bonne humeur,  différents plats préparés par chacun.

pic-nique-07-2018

Nous avons ensuite, malgré des nuages qui  se sont levés en début de soirée au sud, fait l’observation des planètes et dans l’ordre de leur coucher, d’abord Venus, ensuite  Jupiter et Saturne et en fin de soirée Mars. L’observation des planètes a permis à tout le monde d’observer avec différents instruments : deux paires jumelles,  le Dobson 250, et le MC 90 qui était en “sortie démonstration et initiation”.

Nous avons passé une très bonne soirée, merci à tous!