Sous le Pôle nord galactique ! observation du 29 mars 2019

Sidney_Hall_-_Urania's_MirrorComa_Bere

Sous le Pôle nord galactique !

Le vendredi 29 mars 2019, près de longues semaines sans observation, le ciel s’est enfin dégagé et nous avons commencé l’observation vers 21h et terminé vers 0h30. Au cours de la première partie de soirée, le ciel était plus ou moins voilé, limitant l’observation des objets faibles. Nous nous sommes concentrés sur l’observation des amas d’étoiles. Heureusement en seconde partie de l’observation le ciel s’est vraiment dégagé nous laissant le champ libre à la recherche des galaxies de l’Amas de la Vierge.

Les amas d’étoiles et nébuleuses brillantes

Jean_Phillippe_Loys_de_Cheseaux
Jean Phillippe Loys de Cheseaux

Dans la constellation des Gémeaux, M35, est amas ouvert a été facilement trouvé. D’une magnitude de 5.1, il est situé entre 2600 et 2900 al, la petite centaine d’étoiles qu’il contient s’étale sur 19 al et donnent une taille apparente de 25′.  Il a été découvert par l’astronome Philippe de Chéseaux en 1745. il disposait dans son observatoire de deux lunettes [télescopes], l’une ordinaire de 14 pieds de long (4,26 mètres), et l’autre d’un peu plus de deux pieds (61cm) [ou 3 pieds?], de construction grégorienne (d’un diamètre inférieur à 20 cm ; peut être une dizaine de centimètres).
Le télescope grégorien est un type de télescope composé de deux miroirs, qui fut inventé au XVIIe siècle par James Gregory, un mathématicien et astronome écossais mais ne le construit pas.  Newton construit le sien en 1668. C’est Robert Hooke qui réalisera le premier télescope grégorien 1673.  Le télescope grégorien aurait pu précéder l’invention de Newton…
En recherchant délicatement autour de M35, NGC 2158 est distinguable sous la forme d’une petite tache floue. C’est un amas ouvert relativement lointain, situé à environ 17 000 a.l. Il est d’une mag 8,6, mais ne fait que 5′ de diamètre et ressemble beaucoup à un amas globulaire. C’est William Herschel qui l’a découvert en 1784, [avec un télescope de 20 pieds de long (6m) et d’un large diamètre ou avec un télescope de 7 pieds (2.1mètres)…]

En dessous la constellation d’Orion est encore visible. Trois objets sont pointés : M42, la Nébuleuse d’Orion, M78, une nébuleuse en émission et un curieux amas NGC 2169. Les deux premières ont déjà étaient décrites à l’observation du XX/XX/XXXX (rechercher la date). NGC 2169 est un amas d’étoiles amusant : les étoiles s’arrangent pour former deux caractères. Mais l’imagination des observateurs est ouverte et certains ont vu un “17”, autres un “27”, cependant cet amas est connu dans le monde amateur pour dessiner soit un “37” soit un “LE”. C’est un très jeune amas qui a seulement 11 millions d’années. Pour donner une comparaison, les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années et les premiers près humains sont apparus il y 7 millions d’années. Il a été officiellement découvert par Willaim Herschel en 1782, mais il se peut que Giovanni Hodierna l’ait déjà découvert en 1654. Cet astronome italien est présenté dans le compte rendu du l’observation du Xxx (rechercher la date).

Au dessus de la Constellation d’Orion, se dresse la constellation du Taureau. Même si la zone était un peu lumineuse à cause d’un halo d’une ville (Rouillé ou St Sauvant ?) M1 est observé, ce rémanent de supernova est nommé la Nébuleuse du Crabe depuis que Lord Rosse a vu dans cette nébuleuse des filaments de matière lui suggérant ce crustacé. M78 une nébuleuse en émission voir obsXXXX (rechercher la date).
à proximité, l’amas des Pléiades et des Hyades sont observés avec nos jumelles.

à l’est d’Orion se situe la constellation du Cancer. Deux amas sont parfaitement et facilement observables M44, l’amas de la Crèche et M67.

Au dessus de la constellation du Taureau, la constellation du Cocher, en forme de pentagone, est visible avec Capella, 5e étoile la plus brillante du ciel. Trois amas d’étoiles presque alignés sont repérables de droite à gauche : M38, M37 et M36.
aux jumelles, observation de Melotte 31.
Philibert Jacques Melotte
est un astronome anglais (1880 – 1961) qui publia en 1915 un catalogue de 245 amas (faisant partie ou pas de catalogues déjà existants comme Messier ou NGC).

Dans la constellation de Persée, l’incontournable Double amas de Persée.

Et peut être le plus bel amas de la soirée NGC 457 l’amas de la Chouette dans la constellation de Cassiopée. Magnifique amas avec deux étoiles brillantes de magnitude 7 pour symboliser les yeux de la Chouette. Il a été découvert par William Hershel en 1787. Il est situé à 8000 a.-l. et contient environ 150 étoiles de faibles magnitudes.

De rares amas globulaires : M13 et M3 respectivement dans la constellation d’Hercule et Les Chiens de chasse. J’ai essayé de trouver M79, dans la constellation du Lièvre mais dans les lueurs de la pollution lumineuse, avec un ciel gris pâle, je n’ai pas insisté.
Une constellation méconnue : La Poupe. C’est une constellation récente nommée par Nicolas Louis De Lacaille en 1752. Cette partie du ciel était connue durant l’antiquité et Ptolémée avait appelé une grande zone Le Navire Argo. Cette constellation est peu connue sous nos latitudes car peu d’étoiles lumineuses sont visibles. Pour admirer correctement cette constellation il faut être à des plus basses latitudes et être au moins en Afrique du nord. Elle abrite cependant trois amas ouverts observés ce soir M93 (au télescope) et  M46 M47 aux jumelles.

Un bel amas est aussi visible dans la constellation voisine M41 dans le  Grand Chien, habituellement visible à l’œil nu, mais la pollution lumineuse d’un proche village ne permet pas de le repérer à l’œil nu. Au télescope, cet amas révèle une centaine d’étoiles dont certaines orangées. Cet amas est âgé de 250 millions d’années.

Dans Cassiopée M103 est un amas discret contenant peu d’étoiles, son originalité est l’un des amas ouverts les plus lointains observables à 8 ou 9000 a.l. Un autre amas déjà observé lors des soirées précédentes est M52.

Passons aux galaxies !

Le léger voile nuageux du début de la soirée a disparu. Le ciel est plus sombre et nous pointons à présent le télescope en direction des constellations du Lion, de la Vierge et de La Chevelure de Bérénice…

Constellation de la Girafe
Constellation de la Girafe

Mais, j’avais un petit défi à réaliser : trouver la galaxie NGC 2403 dans la constellation de la Girafe. Avant, je vérifie la qualité du ciel en pointant en direction de la constellation de la Grande Ourse et autour M51 (mag 8,4) M81 (mag 7,0) et M82 (mag 8,6) , M109 (mag 9,8) , M97, une nébuleuse planétaire la Nébuleuse du Hibou (mag 9,9), M108 (la galaxie de la Planche de Surf) (mag 10,0)et M101 (mag 7,1).
Après deux ou trois essais de pointage, je trouve NGC 2403 (mag 8,9), un peu difficile à localiser car il n’y a pas d’étoile pouvant servir de repère dans la zone où est située cette galaxie. Cette galaxie est à une distance de 10 millions d’a.-l. environ. Elle est deux fois plus petite de la nôtre. Elle a été découverte en 1788 par William Herschel.
Orientons-nous présent vers la concentration la plus importante de galaxies du ciel : l’amas de la Vierge ! Dans la constellation du Lion il y a deux belles régions à observer. La première avec 3 galaxies visibles dans l’oculaire : le Triplet du Lion avec M65 M66 NGC 3628, puis un beau doublé
M95 et M96. Enfin une galaxie toujours sympathique à observer NGC 2905. (J’ai encore oublié la zone de M105… pour la prochaine fois !).

Déplaçons-nous vers la constellation de la Vierge, avec le début de la Chaîne de Markarian où 5 galaxies sont observables
M84, M86, NGC 4438, NGC 4402 et NGC 4388 en remontant il est possible de voir M100 puis en montant encore M85. En dessous de cette zone, M49. et sur le côté de la constellation de la Vierge NGC 4697 et plus bas M104, la galaxie du Sombero.

Allons maintenant vers la Chevelure de Bérénice, là où est situé le Pôle nord galactique.

La Voie lactée, sert de référence pour définir le plan galactique ou équateur galactique (utile pour placer les galaxies et amas d’étoiles les uns par rapport aux autres). Ce plan n’est ni confondu avec équateur céleste, ni avec l’écliptique (il n’y a aucune raison à cela). Perpendiculairement à ce plan, il est possible de définir le pôle nord galactique. Il est situé dans la constellation de la Chevelure de Bérénice (située entre celle du Lion et celle de la Grande Ourse).
Actuellement cette constellation culmine en début de soirée à 70°, presque au zénith, presque au dessus de nos têtes !

Johann Elert Bode
Johann Elert Bode

M53 est un des rares amas globulaires à être visible en cette saison de l’année. Situé près de l’étoile Alpha de la Chevelure de Bérénice (à 1°), son repérage ne pose pas beaucoup de difficulté. à proximité de cet amas, il se trouve un autre amas globulaire NGC 5053, mais qui n’était pas mentionné sur ma carte : il sera à rechercher une prochaine fois… M53 a été découvert par Johann Elert Bode en 1775 qui est le co-auteur de la fameuse loi de Titus-Bode, loi empirique exprimant les distances des planètes. Cette loi est vu aujourd’hui plus comme une curiosité qu’une réelle loi, car si elle fonctionne pour la majorité des orbites planétaires elle ne fonctionne pas pour Neptune, ni pour Pluton, mais donne un résultat pour les astéroïdes.
M64 est un galaxie spirale de magnitude 8,5 et d’une dimension de 9′. C’est une galaxie spirale avec un immense nuage de gaz et de poussières lui vallant le surnom de galaxie de l’œil noir. personnellement, je n’ai pas encore réussi à voir cette tache sombre.
La belle et élégante NGC 4565, la galaxie aiguille, toujours un plaisir à voir.

Puis en recherchant, et en observant la Galaxie NGC 4631, une masse semblait être visible à côté (qui n’était pas mentionnée sur ma carte). En recherchant sur une autre carte : confirmation, il y a bien une seconde galaxie à proximité : NGC 4656 de magnitude 11.

Pour terminer un retour vers la constellation du Lion avec une galaxie déjà plusieurs fois observée NGC 2903 et une galaxie qui n’avait pas encore était observée,de mag 11.1, NGC 3190. Une galaxie spirale vue de profil à une distance de 80 millions d’al. Elle a été découverte par William Herschel en 1784.

Porrima : Avec le Dobson de 200mm et un grossissement de 120 fois, l’étoile est vue sous la forme d’un segment, ressemblant légèrement à une cacahuète. Mais avec un grossissement de 200 fois, les deux composantes sont enfin visibles.

aux jumelles :
Melotte 111